16 août 2006

Tombe, soleil.

ny530

Enfin l'hiver.
Le froid, la pluie, Paris glaciale, les vitres fermées, le gris, le béton, la vraie crasse, la boue, les paillassons dégeulasses, les parapluies, les capuches, les grosses godasses, les impairs, les têtes baissées, les doigts gelés, les gants troués, les gamins en pleurs, les cheveux trempés, la fausse tristesse, les rues dégoulinantes, les visages fades, les vitrines déprimantes, les pommes de terre fumantes, les plages désertes, la nuit du début à la fin, les chauffages en fonte, les clopes en quatrième vitesse, les pavés glissants, les voitures sombres.
Disparus les bronzages inhumains, les 15 milliards de piercings au nombril, les lunettes de soleil dans les cheveux (ça fait 10 ans, les gars), les queues devant les glaciers, la moitié de la planète à Montmartre, le livre ostensible sur la petite table en terrasse à côté de la petite tasse de café saisie par de petits doigts d'écrivaillon impotent de la très petite Sorbonne, les 60°C du RER, les voitures claires, les rues claires, les façades claires, les robes claires, les chaussures claires, les vacances imposées, les bureaux fermés, l'air immobile, les sens ralentis, le bonheur illusoire, la fête obligatoire, la fuite, le calme avant la guerre, et pour une fois, là, le temps qui passe nous éloigne de la mort - en nous rapprochant de l'hiver.

L'été est une simulation ; un mensonge ; une laideur. Quel dommage, la vie pourrait être si belle.

Posté par Walmou à 02:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Tombe, soleil.

Nouveau commentaire