16 août 2006

Une fin

Il ferme enfin la porte de son bureau. Les femmes de ménage sont parties avant le dîner, alors qu'il lui restait encore quelques heures de travail. Lorsqu'il a éteint son ordinateur et plongé ses dossiers dans la pénombre, quelque chose s'est brisé silencieusement en lui. Une fissure a fait son chemin. Mais c'est seulement en fermant cette porte qu'il réalise le tremblement général qui secoue son petit corps passif.
Il a très peur. La gorge nouée, le coeur vacillant, il se donne l'impression de peser deux fois son poids et de s'enfoncer profondément dans la moquette du hall de l'étage - désert, comme à l'accoutumé. Les secrétaires, qu'il aime et jalouse à la fois, sont parties depuis longtemps, elles aussi. Tout le monde, dans la vie d'Edouard, est parti depuis longtemps. Lui même, lui semble-t-il, s'est quitté ; mais comment en être sûr lorsqu'on ne se connaît pas ?
Parti, c'est le sentiment qu'il ressent néanmoins. Edouard n'est plus là, se dit-il, et déjà il est extérieur à lui-même, parle de lui à la troisième personne. Dans quelques secondes, lorsqu'il ouvrira la portière du taxi, il se parlera à voix haute. Ce n'est que lorsque le chauffeur lui demandera sa direction que va s'opérer le changement le plus important de la vie d'Edouard.
Impénétrable, inextinguible et incroyablement vitale, l'envie de fuir le saisit.
Heureusement pour son ego, la pluie qui bat les vitres du taxi dissimule, sur son visage reflété, les ruisseaux échappés de ses yeux. Doucement, régulièrement, comme une caresse, les gouttes extérieures viennent frapper la carlingue et produisent de petites détonations mates, chaudes et humides. S'il voyait encore en couleurs, Edouard y aurait distingué quelques nuances de pourpre.
Tout aussi sombre sera le sang que ses poignets mutilés verseront dans la baignoire de son appartement, vingt-cinq minutes plus tard.
"Qu'est-ce que cela aura été, ma vie ?" Telles seront ses dernières pensées, bien après que ses yeux inutiles se seront fermés.



D'après des millions d'histoires vraies.

Posté par Walmou à 23:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Une fin

Nouveau commentaire