18 août 2006

Un petit pas pour ma coupe de cheveux, un bond de géant pour la perplexité

1879Bien. Après ces quelques instants de contemplation plus ou moins sombre, il est temps de passer aux choses sérieuses. C'est que j'ai une enquête à mener, moi. Non que je m'en sois écarté d'une quelconque façon depuis le début (s'il l'on excepte ce que l'on pourra appeler l'"incident Michael Knight"). Mais je vous sens fébriles. Je sens poindre en vous cette même impatience qui m'habite lorsque, dans un film, les héros s'embrassent, s'engueulent ou baisent sans retenue juste au moment où le compte-à-rebours de la bombe nucléaire qui va détruire la galaxie affiche 00:00:07. L'essentiel est sur le point de se passer (elle va le regarder, il va faire une petite blague, il vont parler de la fin du monde avec un détachement surnaturel, puis - en fermant les yeux parce que soudain c'est trop horrible - il va couper le fil bleu après avoir tergiversé comme un connard pendant 5 secondes sur le rouge), mais l'action est figée sur le seuil du dénouement. Et même si ce blog est aussi passionnant que la croissance d'une huître filmée au ralenti, il est facile de deviner votre enthousiasme à la lecture de mes posts et, donc, votre attente tremblante et votre angoisse de voir toujours repoussée l'imminente révélation ultime sur le sens de la vie.
Vous avez entièrement raison. Toutefois, l'humilité me contraint de laisser la parole aux experts. Il existe en effet des gens spécialisés dans la réflexion sur le sens de la vie, ou plutôt, devrais-je dire, dans la réponse à la question du sens de la vie.
Je vous vois venir : non, la réponse n'est pas 42.
La réponse s'appelle Wendy.
Wendy est le nom de ma coiffeuse, qui en connaît un rayon.

"Alors, vous êtes étudiant ?
- Euh, oui, enfin pas v...
- Je le savais, vous avez une tête d'étudiant. Enfin je dis ça hein, vous voyez ce que je veux dire, c'est pas comme d'autres, quoi. Vous ça se voit que vous êtes posé et tout, réservé, machin, mais y en a qui savent pas réfléchir et qui croivent tout savoir en plus, ahlala moi ça me fait marrer mais remarquez, des fois j'hallucine quand même parce que y a des types qui entrent comme ça, l'air de rien et tout, et ils se mettent à vous raconter leur viiiiie ! un truc de malade, y a plus à les arrêter : et que je te raconte ma life, et que ma grand-mère elle s'appelle machine et que je voudrais une super coupe de branleur... Excusez-moi je suis un peu grossière là, mais bon... Vous voulez plus court que d'habitude ou je fais comme d'ordinaire ? D'accord, nan parce que y en a, faut les voir hein.
[...]
Moi je crois que les gens ils se rendent pas compte. On nous dit "Ouais... M'enfin tu comprends... Là on peut pas, quoi." Mais moi je dis si qu'ils peuvent !
[...]
[Par respect pour les ouvriers et pour éviter que l'Univers n'implose, je coupe l'histoire supersonique de la réfection inadmissible du trottoir à l'entrée du métro de notre quartier]
[...]
Et là il y a l'autre qui se ramène, y m'dit "tu", le gars, moi je veux bien, mais après qu'il vienne pas m'toucher, hein, non parce que je vous jure il y en a qu'on croirait qu'à la place du cerveau ils... Et je vous coupe les pattes, oui hein ?
[...]
Ah bah t'façon c'est clair, c'est l'argent qui dirige les gens. La vie c'est ça, hein, faut pas l'oublier. Bah ouais regardez rien qu'l'autre jour, avec les collègues on a eu une réunion là sur la... euh... merde je sais plus trop comment ils appelent ça... la re... la re... bref, il y a des gens qui vont se faire virer ici. Ah ouaaiiiis nan mais qu'est-ce que vous croyez attendez nan nan il se passe trop des trucs en ce moment, ouais nan je crois qu'au jour d'aujourd'hui l'économie ça va pas très bien là, en France. Ah ouais ouais, nan nan, attention hein. C'est la conjontion, ils appellent ça. Enfin j'disais ouais c'est l'argent tout ça. C'est que du fric, eh ouais. C'est le moteur de toute chose. C'est comme il disait l'autre, comment il s'appelle ? Bah tiens vous qu'avez fait des études, vous devez le connaître. Qui ça ? Non. Non non. Enfin bref, c'était un penseur qu'a dit ça. Que l'argent ça gouverne tout. C'est l'opium du peuple, qu'il disait. Bah vous savez quoi ? Moi personnellement plus je me dis ça, plus je crois que c'est pas faux."

Nous avons donc avancé dans notre enquête : l'argent serait le moteur de toute chose. Bon, je n'ai pas abordé la question avec Wendy (qui m'a encore raté derrière, soit dit en passant), mais tout cela ne nous renseigne pas complètement sur l'intérêt que peut présenter le fait d'être en vie. Si l'argent est le moteur de toute chose, il nous manque toujours la destination à rentrer sur le GPS, et qui nous aiderait à comprendre l'intérêt du moteur lui-même. Parce qu'on est content d'avoir de l'argent - apparemment-, mais pourquoi ? Malheureusement, je ne vais me faire couper les cheveux que tous les quatre mois. Nous sommes donc condamnés à chercher par nous-mêmes la solution de cette nouvelle énigme.

Posté par Walmou à 14:12 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


Commentaires sur Un petit pas pour ma coupe de cheveux, un bond de géant pour la perplexité

    Merde alors, moi qui ai toujours pensé que le sens de la vie était 42! J'en avais même eu la confirmation dans H2G2! je tombe des nues... Au temps pour moi ...
    Cette Wendy a assurèment beaucoup d'esprit. J'ai beaucoup aimé le "l'argent c'est l'opium du peuple" (quoique la religion et l'argent peuvent être liés, directement ou indirectement, reste à savoir si ce lapsus était en fait voulu par notre chère Wendy, qui aurait, par conséquent fait l'effort de réflexion ci-dessus, à savoir le lien religion/argent. Mystère...). Quoiqu'il en soit, ce bon vieux Karl Marx a dû se retourner dans sa tombe... (Je m'excuse pour l'éventualité où cette phrase ne serait pas de Karl Marx, ma mémoire me fait parfois défaut, et je m'en trouverait donc bien embarrassée de m'être si puérilement moquée de cette pauvre Wendy).
    Passons.
    Plus sérieusement, j'aime beaucoup ta façon d'écrire, Monsieur. Je vais garder ce lien et passer y jeter un coup d'oeil de temps en temps.
    Bonne continuation, patati patata, formules de politesse habituelles.

    Posté par Darkjenova, 20 août 2006 à 16:51 | | Répondre
  • Merci, jenova.
    Mais vous ne m'aurez pas. Car je vois clair dans votre jeu. Oui oui, ne faites pas l'innocente. Ca sent la manipulation à pleines narines, et les miennes sont larges, croyez-moi - ce qui m'impose d'ailleurs, parfois, quelques déconvenues de type dépassage de poils dégueulasses, mais passons.
    Oui, vous êtes démasquée. Le complot dont vous êtes à la fois le centre nerveux et l'exécutante sans pitié ne fait plus l'ombre d'un doute, et je le prouve.
    Tout d'abord, vous lancez l'offensive en débutant votre message par un anodin "Merde" qui ne me trompera pas. Je sais de source sûre qu'il s'agit en réalité d'un message codé lancé à vos sbires "endormis" dans d'obscurs recoins du Ouèbe. "Merde" signifie de toute évidence, en langage militaire : "Ca va chier, tenez-vous prêts".
    Ensuite, chère traîtresse, vous révélez sournoisement ma position en donnant le nombre 42. En effet, 42 est exactement la moitié du reste de la division de mon adresse IP par la date de naissance de ma tante Elisabeth, ce qui en fait déjà trop pour me répérer.
    En outre, vous lancez le feu vert à mon élimination par les Forces spéciales en parlant de Karl Marx. Là non plus, ne faites pas l'innocente. Marx est l'ennemi des forces armées dont vous faites honteusement partie. C'est d'ailleurs pour cela qu'on le surnomme maintenant Karl Zéro ; autrement dit, toute référence à Marx doit être transformée en 0, c'est-à-dire - brutes - éliminée.
    Mais ce qui m'a surtout mis la puce à l'oreille, dois-je vous avouer non sans satisfaction d'avoir aussi aisément déjoué votre machination, est votre pseudonyme lui-même. Oui, darkjenova, ça, c'était très mal joué. En effet, il était impossible à des yeux aussi exercés que les miens de ne pas détecter, à travers ce nom faussement trivial, l'exacte anagramme de "Cassoulet", un mot bien célèbre pour signifier, une fois de plus, que ça va chier.

    Non, vous ne revez pas. Vous êtes faite comme une rate.

    Posté par Walhall, 20 août 2006 à 17:55 | | Répondre
  • Oh, je vois...On s'est mis en tête de déjouer mes plans! Mais je n'ai pas dit mon dernier mot, et j'ai plus d'un tour dans mon sac! *se rend compte qu'elle n'a pas de sac* ... Je veux dire, je suis pleine de ressources!
    Hahaha mais j'avoue que pour une fois, j'ai un adversaire à ma taille. Vous avez brillamment décodé tous mes messages cachés, félicitations. Excpeté ... pour mon pseudo Darkjenova. Si j'ai pris celui-là, c'est parce qu'il n'y avait pas assez de place pour "Countess Grishnack" mouahaha *rire diabolique qui fait flipper les gentils*.
    Mais comme je me sens magnianime, je ne vous cache pas qu'il y a également un message caché dans Countess Grishnack. A vous de le décoder. Faites, une fois de plus, la démonstration de vos talents pour démasquer les êtres néfastes à la sauvegarde de l'Humanité, que dis-je, de l'Univers!
    Si vous réussissez, je vous laisserai la vie sauve, et rappellerai mes 42 Karl Zéro actuellement en faction. Si vous échouez ... merde (en d'autres termes: ça va chier!).

    Posté par Darkjenova, 21 août 2006 à 17:59 | | Répondre
Nouveau commentaire